Intruse

 

Intruse

Nuit et jour tu viens m’assaillir
Je ne puis t’éviter, n’ai point le choix.
Ta force parfois me fait défaillir.
Dans ces cas, jamais je n’utilise ma voix.
 
Je te résiste à ma manière, supportant
Sans jamais me plaindre de ta violence.
C’est parfois particulièrement difficile, pourtant,
De continuer de refuser d’entrer dans ta danse.
 
Tu t’immisces dans ma peau, dans ma chair
Comme une bactérie de plus en plus forte.
Tu seras toujours avec moi, c’est clair!
Jamais je ne pourrai juste refermer la porte.
 
Lorsque je raconte à quelqu’un ta présence,
C’est toujours difficile de faire comprendre
Combien tu es forte, raconter ton aisance,
A croire que mon dernier souffle je vais rendre.
 
Une fois qu’elles savent, les personnes voient
Ces moments où tu m’accompagnes malgré moi.
Ils sentent, mais pourtant jamais ne croient
Que tu es assez forte pour que j’en perde la voix.
 
Ma compagne indésirable, mais toujours
A mes côtés, me torturant lentement mais sûrement
Telle une ombre recouvrant d’un voile sombre le jour,
La nuit gagnant : Il n’est que midi pourtant!
 
Je te hais, ma compagne indésirable,
Autant que je hais ce qui te provoque.
Ton pouvoir n’en est que plus considérable
C’est la vie, la mort, que tu évoques!
dm
Advertisements
Esta entrada foi publicada em Uncategorized. ligação permanente.

Obrigada pelo vosso comentário!

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão / Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão / Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão / Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão / Alterar )

Connecting to %s